Communiqué de presse conjoint des ambassades des Etats-Unis et de France en République Démocratique du Congo (11/10/2019)

A l’occasion de la tenue à Lyon (France) de la 6ème conférence de reconstitution des ressources du « Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme », la communauté internationale se mobilise pour financer la lutte contre ces trois maladies pour 2021-2023. L’Instance nationale de coordination du Fonds mondial en République Démocratique du Congo (CCM-RDC), 2ème pays bénéficiaire en Afrique avec près de 2 milliards US$ investis depuis 2002, organise en présence des ambassadeurs des Etats-Unis et de France, principaux donateurs du Fonds mondial, une conférence de presse pour saluer cette mobilisation.

La RDC bénéficie pour la période 2018-2020 d’une subvention de 572 millions US$ du Fonds mondial grâce à laquelle en 2018 : 256.000 personnes vivant avec le VIH (PVVIH) bénéficient d’un traitement antirétroviral, 170.000 cas de tuberculose ont été traités, 13.7 millions de patients ont été testés et 9 millions traités pour le paludisme et enfin, 15.5 millions de moustiquaires imprégnées d’insecticide ont été distribuées.

« L’aide américaine destinée au secteur de la santé en RDC est un aspect important du ‘Partenariat privilégié pour la paix et la prospérité’ entre les États-Unis et la RDC, notre cadre bilatéral de coopération lancé lors de la visite du Président Tshisekedi à Washington en avril  », a déclaré l’Ambassadeur des États-Unis en RDC, Mike Hammer, lors de cette conférence de presse. « Les États-Unis investissent $200 millions chaque année – en plus de leurs contributions au Fonds mondial – pour améliorer la santé des Congolais parce que nous croyons que la ressource naturelle la plus précieuse de la RDC c’est sa population. »

L’Ambassadeur de France en RDC, François Pujolas, s’est félicité de la réussite de la 6ème conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial à Lyon : « Sous l’impulsion du Président de la République française, Emmanuel Macron, et grâce à une mobilisation sans précédent des donateurs publics et privés, nous avons pu atteindre la cible annoncée  ». Il s’est réjoui des résultats remarquables obtenus dans la lutte contre ces trois maladies grâce au Fonds mondial, mais aussi du renforcement du système de santé congolais, réalisé sous la coordination du ministère de la santé, qui devra profiter à toutes les populations. « La santé est une priorité du partenariat renouvelé que la République démocratique du Congo et la France souhaitent mettre en œuvre  », a-t-il conclu.

Les deux ambassadeurs ont également félicité le nouveau gouvernement congolais pour leur première contribution de 6 millions US$ au Fonds mondial.

Le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme est intervenu depuis sa création en 2002 dans 142 pays en investissant plus de 41 milliards US$ dans la lutte contre ces trois maladies et dans des programmes de renforcement des systèmes de santé et a ainsi contribué à la réduction de plus d’un tiers des décès dus aux trois pandémies équivalant à 32 millions de vies sauvées.

Dernière modification : 11/10/2019

Haut de page