Coopération sécuritaire - Formation de 200 policiers congolais au projet de fichier criminel des infractions constatées et auteurs présumés

Du 16 au 20 septembre 2019 , l’expert technique « Police Judiciaire » de l’ambassade de France a formé 200 policiers du commissariat urbain de Mont Ngafula (ville-province de Kinshasa), au projet de fichier criminel des infractions constatées et auteurs présumés (FCICAP) qu’il mène depuis deux ans sur la ville de Kinshasa en collaboration avec la police civile onusienne (UNPOL/MONUSCO) pour la partie police technique et scientifique

Le FCICAP est une base de données recensant les infractions commises sur la ville mais aussi les éléments d’identification des auteurs. Ces informations sont recueillies à partir des procédures judiciaires diligentées par les officiers de police judiciaire.

Cette base de données, inspirée du système français, a pour but de doter la police nationale congolaise (PNC) d’une mémoire de sa délinquance mais aussi de permettre à la société civile de mieux appréhender les phénomènes criminels à travers les statistiques ainsi obtenues. Ces informations sont également de nature à apporter une réponse autre que pénale, la lutte contre l’insécurité n’impliquant pas que les services de police ou les magistrats de l’ordre judiciaire.

JPEG - 78.8 ko
L’expert technique en séance de formation

Le district de Mont Ngafula est le 4e à intégrer ce programme de formation et d’enregistrement des procédures après les secteurs de Funa, la Gombe et Lukunga.
Après un an et demi d’expérimentation, plus de 7500 infractions ont déjà été recensées dans cette base.

Prochaine étape : permettre aux cadres de la PNC de s’approprier, d’interpréter et d’intégrer ces données dans l’organisation de leur service.

JPEG - 81.1 ko
Les policiers du commissariat urbain de Mont Ngafula

Dernière modification : 23/09/2019

Haut de page