Le premier Contrat de Désendettement Développement entre la RDC et la France est lancé !

Le Contrat de Désendettement Développement (C2D) a été officiellement lancé le 20 décembre dernier lors de la 1ère réunion de son Comité d’Orientation et de Suivi co-présidé par le Ministre délégué aux Finances de la RDC et l’Ambassadeur de France en RDC.

La France a conclu avec la RDC, en juillet dernier, un premier C2D d’un montant de 106 M€, pour la période 2013-2016. Ce 1er C2D comporte un fort contenu social (accès à l’éducation et à l’eau potable) et un appui au développement économique (formation professionnelle et gouvernance financière).

JPEG

Le Comité d’Orientation et de Suivi (COS) aura à veiller à la bonne exécution des programmes, à assurer le suivi des résultats obtenus et, le cas échéant, à rediscuter des orientations des projets et programmes bénéficiant de ressources C2D. Le COS est composé des Ministres sectoriels chargés de la mise en œuvre des projets financés par le C2D, outre les finances : Budget, EPSP, Fonction Publique, Ressources Hydrauliques, Travail et Emploi ; des responsables des coopérations culturelle et économique de l’Ambassade de France et de représentants de la Société civile congolaise et française. Le Directeur de l’Agence Française de Développement (AFD) est également membre du COS, chargé par les Autorités publiques françaises de mettre en œuvre le financement du C2D pour le compte de la France.

L’instruction des concours financiers est d’ailleurs déjà bien engagée par l’AFD en relation avec les maîtrises d’ouvrage sectorielle. Les actions pour les composantes éducation (40 M€), eau potable (18 M€) et gouvernance financière (10 M€) devraient débuter dès le premier semestre 2014, et celle sur la formation professionnelle (25 M€) en fin d’année 2014. Un Fonds d’études et de pilotage (6 M€) prévoit de financer le dispositif de pilotage et de suivi du C2D, des études préparatoires à la réalisation des projets sectoriels prévus dans le présent C2D, des audits et évaluations nécessaires, et la préparation d’un second C2D d’un montant d’environ 65 M€ (2017-2019).

De 62 M€ d’engagements, ces dix dernières années, à plus de 100 M€ du C2D dans les trois ans à venir, l’AFD en RDC procèdera à un véritable changement d’échelle. D’autant qu’elle entreprend aussi la mise en œuvre de 6 M€ pour financer un nouveau projet d’assainissement de l’eau dans l’Est (Uvira), qu’elle devrait instruire deux nouveaux projets dans le secteur de la santé et celui de la forêt en 2014 et en 2015, et développer l’appui aux entreprises privées et au secteur bancaire avec sa filiale privée Proparco : un renforcement très significatif de la coopération entre la France et la RDC !

Dernière modification : 06/01/2014

Haut de page