RDC - Questions & Réponse - Extrait du point de presse du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (14 février 2018)

Question - Lors d’une réunion informelle lundi aux Nations unies sur le processus électoral en RDC, l’ambassadrice américaine à l’ONU a affirmé que son pays est contre le système de vote électronique proposé par la commission électorale indépendante congolaise pour les scrutins prévus normalement en décembre prochain. Les États-Unis préfèrent le vote papier pour éviter des doutes sur les résultats de ces élections. Quelle est la position de la France ?

Réponse - La France est attachée à la tenue effective des élections conformément au calendrier électoral publié le 5 novembre 2017, dans le respect de la constitution congolaise et de l’esprit de consensus qui avait prévalu lors de la signature de l’accord politique du 31 décembre 2016.

Elle juge également essentielle la mise en œuvre des mesures de "décrispation politique" pour réunir les conditions d’élections crédibles et apaisées.

L’utilisation de machines à imprimer les bulletins de vote, sans précédent en Afrique, mérite un examen approfondi tenant compte du contexte particulier en République démocratique du Congo. Cette question renforce la nécessité pour la commission électorale nationale indépendante d’accepter le déploiement d’experts internationaux et de mettre en œuvre une totale transparence sur tous les aspects du processus électoral. Elle est essentielle pour la confiance entre toutes les parties. La France salue à cet égard le consensus entre l’Union africaine, la Communauté de développement d’Afrique australe, l’Union européenne, les Nations unies et l’Organisation internationale de la Francophonie, ainsi que leur disponibilité à déployer sans délai une assistance technique électorale.

Dernière modification : 14/02/2018

Haut de page