Table ronde sur les répartions - Fonds Mondial pour les Survivant.es de Violences Sexuelles Liées aux Conflits.

François Pujolas, ambassadeur de France en République démocratique du Congo, a pris part ce mercredi 31 mars 2021, à l’atelier de restitution organisé par la Fondation Panzi en collaboration avec le Fonds Mondial pour les Survivant.es de Violences Sexuelles Liées aux Conflits, dans le cadre du projet pilote de Mesures de Réparations Intérimaires en Faveur des Survivant.es de Violences Sexuelles en République démocratique du Congo.

Cet évènement est la conclusion d’un séminaire de deux jours pour la création d’un Fonds national de réparation pour les victimes en RDC. En réunissant à la fois les acteurs de la société civile, les survivant(e)s de violences sexuelles et les autorités locales, ce fonds national permettra d’apporter une réponse adaptée aux besoins des survivant.e.s.

Pour rappel, la France membre du conseil d’administration du Fonds Mondial pour les Survivant.es de Violences Sexuelles Liées aux Conflits, créé à l’initiative des Prix Nobel de la Paix Nadia Murad et Denis Mukwege, en 2019, y a contribué à hauteur de 6 millions d’euros.

La mise en place d’un fonds national de réparations pour les survivant(e)s de violences sexuelles constituera une étape très importante en RDC que la France accueille très positivement. « Je saisis cette occasion pour réitérer le plein soutien de la France aux activités et au développement du Fonds mondial pour les survivant(e)s de violences sexuelles liées aux conflits qui mène un travail remarquable dans plusieurs pays et notamment en Guinée, en Irak et ici même en RDC pour venir en aide aux victimes et survivant(e)s de violences  », a indiqué le diplomate français.

L’ambassadeur a poursuivi en réaffirmant le soutien apporté à la Fondation Panzi du Dr Mukwege, qu’elle devrait encore approfondir grâce à un projet d’envergure en cours de discussion avec l’Agence Française de Développement. « Il s’agit d’être davantage aux côtés des victimes et des acteurs locaux engagés pour apporter des solutions médicales ou chirurgicales, une aide juridique au besoin et plus largement un accompagnement psychologique, pour permettre aux victimes de se reconstruire », a-t-il déclaré.

La France, à travers les initiatives portées par le Président Macron, notamment lors du sommet du G7 de Biarritz en 2019, et la diplomatie féministe impulsée par le Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, est très engagée dans la promotion et la protection des droits des femmes et des filles partout dans le monde. La lutte contre les violences sexuelles et basées sur le genre sont l’une des priorités de la France tant dans son action diplomatique que sur le terrain.

Ainsi, la France réaffirme son engagement en condamnant avec la plus grande fermeté les violences sexuelles et basées sur le genre et le viol comme arme de guerre, en luttant contre l’impunité et en soutenant les victimes et survivant.e.s dans l’accès à la justice et à des réparations.

Ces sujets seront notamment au cœur du débat du prochain du Forum Génération Egalité à Paris en juin 2021.

Pour plus d’information sur le Fonds Mondial pour les Survivant.es de Violences Sexuelles Liées aux Conflits, visitez le site : https://fondationpanzirdc.org/le-fonds-mondial-pour-les-survivant-es-de-violence-sexuelle-en-periode-de-conflit-a-commence-son-projet-de-reparations-interimaires-en-rdc-en-collaboration-avec-la-fondation-panzi/.

PDF - 171.2 ko
Communiqué de presse - Fonds mondial pour les survivant.es de violences sexuelles liees aux conflits
(PDF - 171.2 ko)

Dernière modification : 01/04/2021

Haut de page